Catégorie : cinéma, expos

Florence Foster Jenkins

Published / by admin / Leave a Comment

6791_4951

« Florence Foster Jenkins » de Stephen Frears est un excellent film que je vous le recommande. Cela faisait longtemps que je n’avais autant ri, même si ce n’est pas un film comique, mais une histoire pleine d’émotions, d’amour, de tendresse, de sensibilité, bâtie sur un mensonge pour oublier l’aspect tragique de la vie de cette femme. Il y a beaucoup d’émotion, de sensibilité. Le jeu des acteurs est remarquable : Meryl Streep, Hugh Grant, et Simon Helberg un excellent acteur que j’ai découvert dans ce film. Il représente le regard étonné du spectateur dans le film qui tente de comprendre comment toute cette fantastique histoire peut exister.
Il faut voir ce film après vu « Marguerite » avec Catherine Froh car les deux films sont complémentaires. Le film français aborde la problématique du mensonge et de la compromission face à la fragilité psychologique. Le film de Stephen Frears explore les mécanismes humains qui ont permis à cette incroyable histoire d’exister. Il a le mérite de ne pas trop insister sur la voix de casserole de Florence contrairement à « Marguerite » qui en devenait pénible à la longue.

exposition Jeff Koons

Published / by admin / Un commentaire sur exposition Jeff Koons

popeye

Je suis allé voir l’exposition Jeff Koons, et cette exposition a enchanté mes ados. Pourquoi ? Parce-que c’est un art facile d’accès, figuratif, beau aussi. Les objets appartiennent au quotidien, ils sont polis, brillants, avec des couleurs vives, acidulées. On commence la visite par les premières œuvres de Jeff Koons : des lapins en plastique posés sur des miroirs, puis la série des aspirateurs Hoover posés sur des néons. Les aspirateurs datent des années 50 et pourtant ils sont évidemment toujours neufs, alors que nous vieillissons. Par leur statut d’œuvre d’art, ils échappent au vieillissement à leur statut d’objet de consommation courante, alors que nous nous vieillissons. Puis viennent les ballons de baskets en équilibre dans des aquariums dont on nous décrit la composition : solution de chlorure de sodium. Par ces œuvres, on commence à entrer dans le monde scientifique et industriel de l’univers de Jeff Koons. Pour la réalisation de ces ballons de basket en suspension dans des aquariums il a été aidé par le Dr Richard Feynman, lauréat du prix Nobel de physique. La simplicité est élaborée. Comme toujours l’art moderne, même ici apparemment facilement accessible a besoin d’explications. Puis on poursuit l’exposition par des objets rococos comme la statue de Michaël Jackson en faïence dorée et enfin les fameuses sculptures balloons, qui ressemblent de façon démesurée aux ballons de baudruche que l’on tord pour leur donner des formes animales. Sauf qu’ici ces objets sont en acier poli.

France Jeff Koons RetrospectiveOn voudrait pouvoir les toucher tellement l’illusion est parfaite et qu’il est difficile de croire que c’est de l’acier.

Il y a ce formidable coeur rouge, qui ne tient au plafond que par un mince cordon doré et qui flotte aérien et légèrement dans l’espace. Pourtant il pèse une tonne.
DSC00084-400x266
Prouesse technique ou œuvre d’art ? Les deux à la fois. Jeff Koons est aujourd’hui un des artistes les plus chers du monde. C’est aussi une petite entreprise qui emploie environ 120 personnes. La réalisation de certaines œuvres a nécessité plus de trois ans.

Jeff Koons se met également en scène, de la façon la plus crue, notamment dans une salle dont l’accès est interdit au moins de 18 ans, qui contient des photographies pornographiques de lui et de la Ciciolliona sa première épouse.

L’exposition dure jusqu’au 27 avril 2015 : nocturnes jusqu’à 23h les jeudis, vendredis et samedis soirs pour l’exposition Jeff Koons (dernière entrée à 22h) au centre Beaubourg.

pour en savoir plus
http://www.vanityfair.fr/culture/art/articles/jeff-koons-lart-gonfle/16679

La Famille Bélier

Published / by admin / Leave a Comment

La famille Blier_afficheLa Famille Bélier, quelle famille sympathique. C’est une belle histoire, et pourtant le film n’est pas franchement passionnant avouons-le. L’histoire de cette jeune ado qui se découvre un talent pour le chant, mais qui se sent responsable de sa famille : son père, sa mère et son frère sont muets. Alors elle est l’interprète indispensable entre cette famille quasi-fusionnelle et le monde des entendants dont elle fait partie. Va-t-elle réussir à s’affranchir de cette tutelle ? Sa famille va-t-elle lui laisser sa chance de partir à Paris ? Voici une question qui intéresse les ados davantage que les adultes, qui savent que c’est notre inéluctable de destinée de voir nos enfants partir et voler de leurs propres ailes, thème illustré par la chanson de Michel Sardou « je ne m’en vais pas je vole ». Pas vraiment de suspense.
Karine Viard est formidable d’expressivité dans son rôle de mère muette, et la jeune Louane Emera se révèle être après sa prestation à The Voice, également une excellente actrice.